• Boite à aider

JE VEUX, JE PEUX, JE NE LE FAIS PAS...

Mis à jour : juil. 16



Tiens, tiens, voilà un thème qui doit résonner dans les vies de plus d’un(e) !…

Ce sentiment de ne pas prendre la bonne décision alors que précisément nous savons quelle est cette bonne décision. Il est même quasi-quotidien chez certains d’entre nous. En philo éthique, c’est ce qu’on appelle l’acrasie (du grec akrasia). La définition de Christophe André (psychiatre… faut il encore le présenter) apporte un explication parlante “d’un point de vue pratique, l’acrasie désigne l’incapacité à tenir ses engagements et ses résolutions (..)

Elle concerne ce qu’on pourrait faire, mais qu’on ne fait pas, tout en jugeant qu’il serait souhaitable de le faire. Ces trois dimensions entrent en jeu: je veux, je peux, mais je ne le fais pas.”



L’action, la mise en oeuvre est souvent la dernière étape à franchir quand on monte un projet... Dans les accompagnements au soutien et développement de projet, nous constatons que ce passage de l’idéation à la réalisation est comme une porte, une mutation qui mérite que nous y intéressions, car sa difficile traversée nous parle de nous même, de nos croyances, de nos manques de confiances, de nos structures, de nos mariages en notre idéaux et nos projets…


Nous vous proposons quelques pistes


-Etre doux avec soi même, tenter de repérer si nos structures ne comportent pas dysfonctionnements et des troubles qui nécessitent d’aller à notre rythme, et de trouver des aménagements en adéquation. Vous n’êtes pas l’ autre, vous n’avancez pas comme lui, inutile de vous comparez, vous avez besoin de plus de temps, plus de sommeil, plus de soutien… C’est bien ainsi. Parfois un cadre sécurisant et structurant vos actions permet de faire mieux s'organiser. D'où l'intérêt de bien se connaître, se reconnaître, et de faire avec qui on est !!!


- Entrer dans sa zone pour agir c’est tout d’abord d’être à l’écoute de soi et s’aligner :

>Que me dit ma tête (le rationnel) par rapport à la situation qui appelle une action courageuse ? Quelles sont mes peurs, mes croyances ? Quelles sont mes forces et quels sont les talents qui m’aideraient à agir dans la situation ?

>Que me dit mon coeur (l’émotionnel) ? Quelles sont mes valeurs, mes intentions, mes intuitions ?

>Que me dit mon corps (le physique) ? Quels signaux me transmet-il face à la situation?

Faites un point sur vos croyances limitantes et les attentes qu’on a de vous, et les actions que vous devait accomplir : juste pour vous assurez que votre action ne s’adresse à pas à votre self. Soyons attentifs à ces intoxications par les injonctions sociales et devenons un peu plus libres !


-Discuter avec notre intention

Une personne peut juger que, tout bien pesé, il est meilleur pour elle de faire quelque chose, mais ne pas avoir l’intention d’accomplir l’action, et ne pas l’accomplir. Parler d’intention, reviendrait à dire « de manière inconditionnel, j’aime le projet que je mène, alors je suis prêt(e) à y mettre avec joie


Repérer ce qui nous met en joie, et se focaliser sur cette joie pour agir

Désirer ! prenez un temps, et noter ce qui rend votre action du jour - désirable et non désirable - juger de son niveau de priorité et d’utilité… SI l’action est indispensable à votre projet, et non désirable … comme puis je la rendre séduisante


-Rien n’est foutu… « je n’ai pas cela, ni cela, je suis nulle, je laisse tomber »… doucement, bienveillance… c’est ainsi aujourd’hui, vous n’y êtes pas parvenu, à lire cette page comme vous y êtes engagé ! Lisez une ligne…Même si vous ne menez à bout toutes les actions, prenez l’une d’elle celle qui vous met le plus en joie, c’est toujours mieux que 0 qui serait votre résultat si vous n’en avez aucun!


- Il n'y a pas de grande tâche difficile qui ne puisse être décomposée en petites tâches faciles


- Ne pas dramatiser pas nos rechutes et nos écueils. Si parfois, l’acrasie est plus présente, évitez de vous auto-flageller et tout laisser tomber


- Se focaliser vous sur le court terme : « Ce qui compte c’est le moment présent, c’est maintenant. Il faut se focaliser sur le court terme et même sur la journée en cours. Aujourd’hui est le mot de l’action, demain est le mot de l’inaction. » Pour notre cerveau l'action se fait dans le présent, la projection est souvent le plus dur à assimiler... poser des objectifs à court terme...


D'autres questions, nous restons à votre disposition : contac@laboiteaaider.com


Brigitte Mary

L'agence by la boite à aider

votreboiteaaider.com


© 2019 la boite à aider - Le blog